PRIER ET CÉLÉBRER
À LA CATHÉDRALE

Ce lieu de prière vous accueille pour les grandes étapes de votre vie,

pour vous permettre de vous recueillir, déposer des intentions de prière,

assister aux messes et autres offices.

 
20181005_162951_edited.jpg

LA MESSE

Messe le dimanche à 10h30.


Messe le mardi à 11h30, en temps scolaire uniquement, retransmise en direct sur RCF Loiret.


En juillet et août, messe anticipée le samedi à 18h30, et messe en semaine du lundi au vendredi à 18h00, après l'adoration/confession à 17h00.

20181005_163339 - Copie.jpg

PRIER

Toute la Cathédrale est maison de prière.

Le Saint Sacrement (présence réelle de Jésus-Christ) repose là où brille une lumière rouge.

Vous pouvez déposer vos intentions de prière en face de l'Accueil-boutique, ou aussi nous en envoyer en cliquant ci-dessous. Elles seront priées dans un des trois monastères du diocèse.

20181005_163351_edited.jpg

ÉTAPES DE VIE

Baptême, mariage, obsèques, bénédictions, intention de messe...


Vous habitez le cœur de ville d'Orléans et vous souhaitez vivre une étape importante de votre vie à la cathédrale : contactez-nous.

Vous souhaitez faire dire une messe pour une personne vivante ou défunte : contactez-nous.

Photo du choeur actuel.jpg

MÉDITATION

Devenir serviteur

Que voudriez-vous que je fasse pour vous ? Cette question que Jésus pose à Jacques et Jean est identique à celle qu’il posera à l’aveugle Bartimée que nous retrouverons dans l’évangile de la semaine prochaine. Jésus aime que nous lui exprimions nos attentes, nos désirs. Qu’est-ce que je veux que Jésus fasse pour moi ? Qu’est-ce que j’attends de lui ? Qu’est-ce que j’espère de lui ? La demande de Jacques et Jean semble déplacée, mais elle a au moins le mérite d’être franche : « Donne-nous de siéger, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ta gloire ». Face à Jésus, inutile de tourner autour du pot. C’est le temps du cœur à cœur. Évitons les paroles trop polies, voire trop mielleuses. Jésus, d’ailleurs, a souvent critiqué l’hypocrisie des pharisiens dont les belles paroles ne sont pas toujours le reflet de leur cœur. Notre relation avec le Christ ne peut grandir que si nous osons être vrais et sincères.

Si nous y réfléchissons bien, la demande de Jacques et Jean n’est peut-être pas si étrangère à nos propres désirs. Elle manifeste le goût du pouvoir, sans doute, mais peut-être d’abord une recherche de l’image idéale de soi, une soif de reconnaissance. Le risque est grand, en effet de considérer notre valeur à travers le prisme de notre fonction, de notre rôle, de notre place. Dans l’Église ou ailleurs, il n’est pas rare que des personnes qui ont pourtant exercé leurs fonctions avec une grande générosité se sentent soudain déstabilisées lorsque leur charge prend fin. D’une manière plus ou moins consciente, nous retirons notre assurance de la fonction que nous exerçons. Nous avons la tendance de nous présenter aux autres à partir d’elle. Cette attitude entraîne comparaisons, jalousies, conflits et parfois même dépressions.

La demande de Jacques et Jean devient pour Jésus l’occasion d’un enseignement. L’Évangile est une bonne nouvelle. Les paroles de Jésus sont libératrices. Elles nous font découvrir un bonheur véritable et solide. Si Jésus invite les disciples à devenir serviteurs, ce n’est pas en raison d’un goût malsain pour l’abaissement volontaire ou porté par un sentiment d’infériorité tout aussi destructeur. Au contraire, son invitation a pour but de nous libérer, de nous vivifier.

« Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir. » Le fondement de la vie de Jésus n’est ni dans sa fonction ni dans la place qu’il occupe, mais dans cette relation d’amour vécue au quotidien. Pour Jésus, en effet, servir c’est aimer. Souvenez-vous de la dernière cène. Saint Jean introduit le récit du lavement des pieds par ces mots « Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde les aima jusqu’au bout… » (Jn 13, 1). Seul le renoncement au pouvoir permet l’éclosion de la tendresse. En devenant le dernier et le serviteur, on peut laisser jaillir du fond de soi la capacité d’aimer et de s’émerveiller.

Il ne s’agit pas, bien sûr, de renoncer à toute forme de pouvoir. L’autorité de Jésus est d’ailleurs reconnue par la foule (Mc 1, 27). L’exercice du pouvoir et de l’autorité, la prise de responsabilité sont indispensables. Jésus dénonce ceux qui font « sentir » leur pouvoir et qui recherchent leur joie dans cette subtile jouissance. Par ce comportement, ils s’enchaînent eux-mêmes et détournent le véritable sens de leur mission. Jésus nous révèle que pour être fécond, le pouvoir doit être service.

Père Christophe Chatillon

ACTUALITÉS PAROISSIALES

Vous trouverez sur le site du cœur de ville l'actualité des paroisses du cœur de ville d'Orléans dont fait partie la Cathédrale.